Les non-rentrées


Photo : Sonja Langford


Il y a des fois où les rentrées n’en ont pas vraiment l’air. Des étés qui filent trop vite et dont on sort en ayant l’impression de ne pas avoir eu le temps de sentir le soleil sur sa peau. Et voilà qu’il faut retrouver l’équilibre fragile du quotidien, prêt ou pas prêt. Quand on construit sa vie, on sait qu’il va en falloir, du travail, et des efforts, des doutes, des échecs et du temps passé à y croire, des semaines, des mois, des années peut-être, avant qu’on puisse se dire : la revoilà, la routine. Ces années-là, on ne suit pas un parcours bien tracé, on n’a pas souvent de victoire à fêter ni de vraies vacances pour s’échapper du quotidien. C’est comme ça. Alors, évidemment, on sait déjà que septembre n’aura rien d’un nouveau départ.

La rentrée, on y assiste de loin. On voit les gens rentrer de vacances, on croise des collégiens et leurs grands éclats de rire qui reprennent le chemin des cours. On sent le temps qui rafraîchit, l’air de rien. Et on se remet au travail.

Mais tandis que tout recommence selon une mécanique bien réglée, on perçoit mieux que jamais ce qui a changé, mine de rien. Moi qui ai souvent l’impression de ne jamais en faire assez, je me rends compte qu’il y a certaines choses dont je suis quand même un peu fière : j’ai un emploi, temporaire mais tellement stimulant (et ça, ce n’est pas rien), j’ai pris mes petites habitudes dans une ville que je découvrais pour la première fois il y a tout juste un an, les fins de mois sont un peu moins serrées, j’ai repassé les portes du cours de danse. Ça plus tout un tas de petites choses qui, mises bout à bout, me rappellent qu’il y a eu quand même quelques réussites, ces derniers mois.

Finalement, elle n’est peut-être pas très académique, cette rentrée, mais elle a quelque chose qui me plait assez.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Au soleil, des lectures d’été

Brashares-Quatre filles et un jean pour toujours-ill

C’est l’été et pendant les heures où le ciel brûle un peu trop on retrouve le refuge des livres que l’on avait fini par délaisser cette année. Alors en attendant le frais on tourne les pages, et l’on voyage un peu, comme ça aussi.

Continuer la lecture de Au soleil, des lectures d’été