Les choses qui comptent

Photo

On ne peut pas dire que je sois du genre constante, comme blogueuse : je peux passer des semaines sans mettre le nez par ici, je ne sais jamais vraiment où je veux en venir et je passe souvent plus de temps à tout recommencer qu’à écrire. Mais, à vrai dire, ça me plait bien comme ça.

Ce blog, c’est mon laboratoire. Mon jardin secret. Mon projet à moi pas tout à fait parfait, ma parenthèse qui grandit quand même. Et c’est une chose que j’avais du mal à concevoir, avant, qu’on puisse se lancer comme ça, essayer de créer quelque chose, sans savoir où l’on va, sans être légitime, en tâtonnant, en faisant des erreurs. Et bien voilà, je me trompais. En fait, je commence même à croire que c’est comme ça qu’on avance.

Oh, si tu savais comme ça m’avait manqué ! Tu vois, moi, je ne voyais que les à peu près, le pas très abouti, le un peu bancal ; j’essayais, j’en avais envie, et je me disais que peut-être, un jour, ce blog deviendrait quelque chose. Quand je le laissais en jachère, c’était un peu triste, mais bon, ça ne changeait pas grand chose. Mais ces dernières semaines, je me suis rendue compte à quel point tout cela était devenu important pour moi, avec le temps, et combien j’en ai besoin, désormais. Peu importe à quoi cela ressemble, en fait. C’est déjà quelque chose. Une chose plutôt chouette, même. Et puis il y a toi qui es là. Et ça, tu vois, ça me fait quelque chose, quand même.

Alors voilà, je reviens. Bien sûr, il y aura encore des moments où je ne pourrais pas, des jours où il y aura d’autres priorités. Ce n’est pas grave. C’est l’été, et d’habitude en cette saison je mets les voiles. Cette année, on change de cap. Voilà le truc : non seulement je reviens, mais en plus, j’ai décidé de changer un peu le décor. Encore, oui, je sais.

Pour commencer, j’ai envie de donner un nouveau nom à ce blog. C’est peut-être un détail pour toi, mais pour moi pas tant que ça, parce que c’est important, un nom, ça dit (au moins un peu) qui l’on est. Blotti dans son fauteuil, on se sent bien, comme dans une bulle, et oh ! ce que ce peut être nécessaire parfois, mais vient un moment où l’on commence à avoir des fourmis dans les jambes et où il est temps d’aller voir ailleurs. 

Aujourd’hui, j’ai envie d’apprécier la pluie et le beau temps, de profiter des petites choses, de me poser des questions. On continuera bien sûr à parler de tout et de rien, de lectures, des choses simples, de la vie de tous les jours. Et peut-être d’autre chose, je ne sais pas, on verra bien. (Je t’aurais bien dit que cette fois c’est la bonne, que j’ai enfin trouvé ma voix, arriver avec un programme construit à l’équerre, mais voilà je n’y résiste pas, laisser la porte ouverte reste la solution que je trouve la plus intéressante — la plus réaliste, aussi).

Et toi, tu en as comme ça, des choses imparfaites dont tu ne peux te passer ?

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Un vieux fauteuil, des livres et mes pensées

Un fauteuil
Source photo : Bekahboo42 via MorgueFile

Quand on est petit, on nous dit souvent qu’il faut manger de la soupe pour devenir grand, qu’il faut avoir de bonnes notes, et que si l’on est assez sage, le Père Noël nous apportera un joli cadeau. On en finit par croire qu’il n’y a plus de fées dans les jardins, que les cauchemars se cachent dans les placards, que les grandes personnes savent tout et n’ont peur de rien, et, surtout, qu’il ne faut jamais, au grand jamais, dire de mensonge, sous peine de voir son nez s’allonger.

Continuer la lecture de Un vieux fauteuil, des livres et mes pensées