Lectures d’automne

Pour les journées d’automne bien remplies, quand il commence à faire un peu froid, quand on aurait presque du mal à trouver du temps pour lire, alors qu’il y a plein de choses à découvrir sur les tables des libraires (surtout en ce moment), voici deux livres (trois, en fait) dans lesquels trouver du réconfort.

Déjà, ce sont de jolis livres, visuellement parlant, bien que dans des styles très (très) différents. Ensuite, ils se lisent facilement, et plutôt vite, même s’ils vous donnent envie de les savourer pour faire durer la lecture un peu plus longtemps. Le premier nous parle de trouver la légèreté, et le deuxième (et le troisième aussi, donc) fait l’effet d’un gros gros gros câlin.

Lectures d'automne

La légèreté, de Catherine Meurisse

Catherine Meurisse, La Légèreté : CouvertureCe livre m’a fait de l’œil pendant un moment. Je le croisais de temps en temps, à chaque fois que j’entrais dans une librairie (et ça m’arrive souvent), et il m’intriguait. Pour commencer, il y a avait cette belle couverture, sombre mais si douce, avec ce paysage que je trouvais calme, paisible, attirant, et son titre, La légèreté, était plein de promesses. Je me suis dit « il y a du Beau, là-dedans », et comme ça ne se refuse pas, je l’ai ouvert.

Catherine Meurisse a travaillé comme dessinatrice chez Charlie Hebdo pendant 10 ans. Le 7 janvier 2015, elle est arrivée en retard à la conférence de rédaction, et ça lui a sauvé la vie. Elle raconte ici l’après : après la violence et le choc, son chemin pour retrouver la légèreté.

C’est un récit tout en pudeur, parfois mordant, mais toujours plein de la force de ceux qui n’abandonnent pas. Dans les dessins de l’auteure s’invitent des fantômes, la vie qui continue et puis, petit à petit, l’Art. Car pour Catherine Meurisse, le remède au 7 janvier, c’est la Beauté. Sa légèreté, elle part la chercher au bord de l’océan, chez les auteurs, dans la peinture et la sculpture… Il n’est pas léger, ce livre, non, comme c’est si justement dit dans la préface (d’ailleurs, prends le temps de la lire, cette préface, elle est magnifique) (c’est rare que je souligne la beauté d’une préface), il a « du poids en légèreté », mais il fait tant de bien. Et finalement, ma première impression était la bonne : oh oui, il y a du Beau, là-dedans.

Catherine Meurisse, La Légèreté : intérieur

« – Moi, ce qui m’a soudain paru le plus précieux, après le 7 janvier, c’est l’amitié et la culture
– Moi c’est la beauté
– C’est pareil »

Je le conseille à ceux qui auraient bien besoin d’un peu de légèreté, à ceux qui veulent comprendre, aux amateurs d’art et de culture. À partir de 16 ans.

Catherine Meurisse, La Légèreté, Dargaud, 2016, 133 pages, 19,99 €.

***

Le Petit Monde de Liz

Ces livres-là, je les ai trouvés par hasard au rayon jeunesse de la bibliothèque.

Derrière un dessin très enfantin, j’ai découvert une BD pleine d’humour, à en rire toute seule comme une baleine (haha), et surtout, une montagne de mignonitude. Ces petits strips rigolos mettent en scène des animaux (entre autres) dans des situations complètement décalées, et c’est irrésistible !

(en ce qui me concerne, j’ai un gros faible pour le papa et le bébé dinosaures)

En fait, ces dessins sont assez connus, puisque Liz Climo a commencé par les publier sur son blog (pour information, à part ça, dans la vie, Liz Climo travaille dans l’animation, notamment sur la série Les Simpson). 

J’ai trouvé ces livres vraiment adorables, très drôles et surtout, aussi réconfortants qu’une soirée entre copains ou une tasse de chocolat chaud après la pluie.

Le premier tome est divisé en quatre chapitres, un par saison (tu as déjà vu un rhinocéros creuser une citrouille pour en faire une lanterne d’Halloween ? Moi, oui), et le deuxième parle d’amitié.

D’ailleurs, dans le deuxième tome, il y a une introduction dans laquelle l’auteur raconte qu’elle a commencé à faire ces dessins pour faire rire ses amis et les rendre heureux, parce que les amis c’est fait pour ça (je vais essayer de ne pas faire ici mon discours grincheux du « aah, tu vois, ça n’a pas du tout été écrit pour des enfants, À LA BASE, et oui, tu vois, y’a des dessins, mais ça pas QUE pour les enfants, ouvre un peu ton esprit de vieil adulte borné, non mais »). Elle conclut en souhaitant que ces livres sauront nous tenir un peu compagnie et nous faire sourire à notre tour ; et c’est exactement ce que j’ai ressenti.

Je le conseille à absolument tout le monde, de 3 ans à 103 ans (ou plus), à ceux qui se sentent seuls, à ceux qui veulent passer un bon moment et rire un peu.

Liz Climo, Le Petit Monde de Liz, Delcourt, 2013, 95 pages, 15,50 € et Le Petit Monde de Liz Tome 2, Delcourt, 2016, 110 pages, 15,50 €.

Et toi, y a-t’il des livres qui t’ont particulièrement plu, cet automne ?

Advertisements

Qu'en penses-tu ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s