Au coin lecture, leçons de survie et manoir aux mystères

Les carnets de Cerise et L'Île mystérieuse

Pour glisser un peu de chaleur dans les longs jours d’hiver, il suffit parfois d’une lecture familière, optimiste et réconfortante. C’est sans doute pourquoi ces derniers mois j’ai eu envie de me replonger dans certains de mes livres préférés ; ce qui ne m’a cependant pas empêchée de faire d’heureuses découvertes.

L’Île mystérieuse de Jules Verne

À mes yeux, les classiques ont l’assurance des valeurs sûres, pour peu qu’on s’y attaque au bon moment. Quand je lis un classique, je ne peux pas m’empêcher de penser que des générations d’autres ont lu ces lignes avant moi, qu’ils les aient trouvées géniales ou qu’ils les aient tout de suite détestées, et ce sentiment d’universalité s’accompagne toujours d’une fierté d’écolière. Jusqu’à présent, Jules Verne faisait partie de ces monuments de la littérature qui m’intriguaient beaucoup, sans que j’ai l’occasion (ou l’audace) d’aller à sa rencontre, mais n’as-tu pas toi aussi des auteurs comme ça qui s’amusent à te narguer du haut de leurs étagères ?

Couverture de L'Île mystérieuseRésumé : En pleine guerre de Sécession, cinq hommes faits prisonniers s’enfuient en ballon. Pris dans une tempête, ils finissent par s’échouer sur une île au beau milieu du Pacifique. Très vite, alors que l’île semble être déserte et bien éloignée des voies de navigation, les naufragés, qui n’ont rien d’autres que ce qu’ils portent sur eux, doivent s’organiser pour vivre sur l’île, et apprendre à utiliser les ressources qu’elle leur offre.

Mon avis : ŸŸŸ sans plus…

J’ai commencé ce livre avec le #clublectureMS (c’était la lecture de janvier, soit ma toute première édition du club de lecture). Je l’ai trouvé assez agréable à lire (et plus facile que ce à quoi je m’attendais), l’histoire est très prenante car pleine de suspens. Par ailleurs, j’ai été étonnée de trouver dans un roman autant d’explications scientifiques et techniques, et je dois avouer que ça m’a un peu déboussolée au début. Ce qui est sûr, c’est que c’est LE livre qu’il faut avoir avec soi si d’aventure on devait se retrouver coincé sur une île déserte ! Cela dit, je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher aux personnages, et j’ai fini par décrocher. Mais rien n’est terminé entre Jules et moi, car ce livre m’a donné envie de mieux connaître son œuvre (le prochain essai sera sans doute pour Vingt mille lieux sous les mers).

Pour qui ? À partir de 12 ans (et plus si affinités) (je fais partie de ces gens qui pensent qu’il n’y a pas d’âge pour lire un livre, tout dépend des lecteurs, et c’est à chacun son rythme et ses envies. Seulement, quand on est enfant, il y a certains livres que l’on n’est pas encore prêt à lire, soit parce qu’on n’est pas encore assez à l’aise avec la lecture, soit parce qu’on n’est pas encore en mesure de comprendre toute l’histoire. Les adultes, eux, ont plus de chance, puisque rien ne leur interdit de lire des livres pour enfants… C’est même plutôt conseillé, en fait, de temps en temps. Tout ça pour dire que ce n’est qu’une indication).

Pour ceux qui ont soif d’aventure, et ceux qui aiment les livres qui leur apprennent des choses.

Jules Verne, L’Île mystérieuse, publié pour la première fois en 1875 en France (ce livre fait partie du domaine public, tu peux donc le télécharger gratuitement au format numérique par ici)

La Déesse sans visage (Les Carnets de Cerise, tome 4)
de Joris Chamblain et Aurélie Neyret

Maintenant, parlons d’un livre tout nouveau (enfin presque, puisqu’il est sorti en janvier) (disons « parlons d’un livre un peu plus récent »). Il s’agit d’une nouvelle aventure de Cerise, apprentie romancière qui n’aime rien plus que d’observer les gens et deviner leurs secrets (décidément, cette sélection sent bon l’eau salée, le vent et le sable fin, puisqu’encore une fois dans ce livre, l’histoire se passe au bord de la mer)…

Couverture de La Déesse sans visageRésumé : Cerise vient de fêter ses 12 ans. Pour l’occasion, sa maman l’emmène en vacances au bord de la mer, direction le Manoir aux 100 mystères, où une nouvelle enquête l’attend ! Cette fois-ci, elle résout une énigme créée à son attention, et sa maman est de la partie !

Mon avis : ♥♥♥ Trop génial !

À la fin du tome 3, nous avions quitté une Cerise toute triste. J’ai été ravie de retrouver son univers, les planches au dessin toujours aussi joli entre lesquelles s’intercalent les pages du journal intime de la fillette, mais surtout, j’étais curieuse d’en apprendre plus sur les souvenirs qui la tourmentent. Il y a de plus en plus de mystères, dans ces carnets (au point que je ressente le besoin d’aller vérifier si le Manoir aux 100 mystères n’existait pas vraiment)… Tout ce que je puis dire, c’est… vivement la suite !

Pour qui ? À partir de 9 ans (et + si affinités)

Pour tous les écrivains en herbe, ceux qui aiment observer les gens et ceux qui voudraient bien devenir pirates.

Joris Chamblain et Aurélie Neyret, Les carnets de Cerise, tome 4 : La Déesse sans visage, Éditions Soleil, collection « Métamorphose », 2016, 15,95 € (tu peux le trouver dans une librairie près de chez toi par ici).

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui !

En ce moment, je lis Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson (la lecture d’avril du #ClublectureMS).

Après ça, j’ai bien envie de lire La première gorgée de bière de Philippe Delerm (conseillé par Céline dans son article Que lire pour aller mieux ?).

Et toi, quels ont été tes livres de l’hiver ?

Publicités

2 réflexions sur “Au coin lecture, leçons de survie et manoir aux mystères

Qu'en penses-tu ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s